Le graphisme : pourquoi parfois c’est cher, d’autres fois c’est gratuit ?

Quelle étrangeté que ces écarts de prix entre les différents créatifs. Quelques recherches internet permettent d'observer que le tarif journalier d'un freelance peut d'élever jusqu'à 500 euros. A côté de ça, pas besoin d'aller jusqu'aux fins fonds du darkweb pour trouver un gfx proposant un logo pour 5 euros. Beaucoup de sites proposent également de la création à des prix très alléchants.
 

Que de différences, que de choix.

 
Analysons cela ensemble, et tentons de décrypter ce qu'il peut se cacher sous ces étonnantes variations de prix. incomprehension - Le graphisme : pourquoi parfois c'est cher, d'autres fois c'est gratuit ?

 

 Concrètement, qui est "cher" ?

 

Comme dans bien des domaines, on pourra parler ici des professionnels déclarés. Des travailleurs investis, avec qui vous êtes sûrs d'obtenir un résultat qualitatif. Je parle bien sûr des freelances, les agences de communication, les salariés qui ont su imposer leur valeur ajoutée.

 

Oui, pour la plupart des services, il faut compter un budget de l'ordre de la centaine, voire du millier d'euros. Selon les dires de beaucoup, c'est excessif. Concrètement, l'est-ce vraiment ?

 

Et bien, pour la généralité, non.

 

Évidemment, certains sauront habilement hausser leurs prix. Alors que l'on peut trouver la même prestation moins chère, mais tout aussi qualitative, ailleurs. Ne parlons pas ici de la capacité à savoir vendre ses services, il s'agit d'un autre sujet.

 

Quelque soit la mission, tout travail mérite salaire.
 
Jusqu'ici, nous sommes d'accord ! Les créatifs sont des techniciens. Ils doivent saisir des concepts, puis les mettre en image en concordance avec nos codes visuels et sociétaux. Il s'agit donc d'un réel travail, aussi bien intellectuel qu'exécutif.

 

Un graphiste, artiste ou créatif peut ainsi mettre plusieurs heures pour concevoir une charte graphique, une peinture, une illustration. N'est-ce pas ? Alors, de ce simple fait, toute création se chiffre alors de manière évidente à plusieurs dizaines ou centaines d'euros.

 

Faisons une estimation avec un exemple très simple :

Jeannette est illustratrice freelance.

 

Elle vient de passer trois heures sur une illustration. Auparavant, elle a échangé avec son client pendant une heure pour bien cerner la demande. Celui-ci est satisfait de cette première proposition, mais aurait préféré que le tishirt du personnage dessiné soit rouge. Il veut également que certains éléments du décor soient moins présents dans la scène. Jeannette réadapte l'illustration selon les demandes, cela lui prend environ deux heures. Illustration validée, facture envoyée.
 
Si nous ne sommes pas trop mauvais en maths, Jeannette aura donc travaillé six heures.

 

Imaginons que cette brave dame ne soit pas exigeante du tout, et accepte le salaire minimum comme rémunération. Soit environ dix euros si l'on prend le SMIC comme référence (arrondissons).
 
Le travail de Jeannette vaut donc 60 euros, au moins.
 
Cependant, de par son statut de freelance, celle-ci doit payer des cotisations. Celles-ci s’élèvent à 25% de son chiffre d'affaire (arrondissons également). Il faut donc que Jeannette ajoute à son devis un quart du prix pour ne pas être perdante :
 
60 + 15 = 75€.
 
Il faudra également prendre en compte que Jeannette doit acheter son propre matériel à ses frais. Cela diffère du milieu de l'entreprise qui finance quasiment toutes les fournitures et outils, .
 
Supposons que pour amortir le prix de crayons spécifiques, du scanner pour numériser l'illustration et l'ordinateur pour les retouches...Jeannette ajoute au devis un tiers du prix final (ce qui est très léger pour les charges citées) :
 
75 + 25 = 100 €.

 

Bien, nous avons là une estimation de devis vraiment tirée vers le bas.

 

Partez du principe qu'un créatif aurait une bien mauvaise estime de lui-même pour s'estimer valoir le SMIC. Son taux horaire ne sera donc jamais aussi dérisoire.

 

Et supposez également que les charges sont élevées. Si l'on considère déjà qu'il faut rentabiliser au moins un ordinateur, quelques logiciels, une imprimante...(tout cela dépend évidemment de chaque créateur).

 

Et considérez également qu'un client est en réalité rarement satisfait au bout du premier ou deuxième échange...

 

A vrai dire,

il y a énormément de petits paramètres auxquels nous ne pensons pas,

lorsque nous n'avons pas les mains dans le cambouis. Ils sont pourtant sont à prendre en compte dans la facture finale : rentabilisation de la communication et des opérations marketing, frais de déplacements, financement de formations...

 

D'accord, nous comprenons ainsi mieux la valeur de tout cela.

 

Mais, en toute honnêteté, avec 100 euros, vous préférez personnellement vous payer un chouette appareil électronique plutôt qu'une belle illustration dont vous ne saurez que faire.

 

Et votre réaction est tout à fait normale :

C'est simplement parce que le graphisme ne s'adresse pas aux particuliers.

 

Enfin...disons que ce n'est pas la cible première. Un particulier aura assez peu besoin d'avoir recours à un graphiste dans sa vie de tous les jours. Une entreprise, en revanche, doit travailler son image, personnalisée, et communiquer avec sérieux et fiabilité.

 

Donc, il est somme toute assez normal, en tant que personne, que vous trouviez cela cher : vous seriez prêts à débourser une somme importante pour faire réparer votre voiture par exemple, car dans votre quotidien, cela prend sens. En revanche,

 

payer pour du graphisme ne se justifie pas à travers vos besoins.

 

Money GIFs - Find & Share on GIPHY

  

Qui n'est "pas cher" ?

 

Sans trop de surprise, nous classeront dans cette catégorie les non-professionnels. Mais aussi des sites internet avec services à prix cassés.

 

Pour parler succinctement de ce dernier cas, les petits prix se justifient par une personnalisation limitée, basée sur des templates pré-existants. Vous savez déjà ce que vous voulez, et le réalisez vous-même, faisant de vous le "graphiste aidé". On vous dispense par la même des conseils et recommandations marketing qui pourraient faire toute la différence entre vous et les concurrents. Il est ici considéré que vous savez ce que vous faîtes. Au final vous ne payez pas la création, mais simplement un assistanat à l'exécution.

 

Les graphistes quasi-gratuits voire totalement gratuits que l'on peut (hélas) trouver en masse, sont bien souvent de jeunes gens sans besoins financiers réels. Ils veulent se faire la main dans les métiers graphiques. Ils sautent sur divers occasions, se proposent de participer à des projets, afin d'étoffer leur portfolio. Ceci souvent pour se présenter de manière plus crédible, le jour où ils iront postuler en tant que graphiste.

 

Est-ce qu'on les prévient maintenant que lorsqu'ils candidateront, leur mission sera certainement attribuée à un autre "gratuiste" ?

 

En effet, il y a toujours eu des gens pour travailler gratuitement. Ce n'est pas à partir du moment où eux souhaiteront se lancer professionnellement, que le travail au noir va miraculeusement s'arrêter et leur laisser le privilège de se faire un nom dans le milieu !

 

Ce système, bien compris par beaucoup d'organismes, tue réellement les métiers graphiques et les décrédibilisent.

 

Avez-vous observé comme les vendeurs de rêves deviennent de plus en plus nombreux et sans scrupule ? Même de très grandes marques jouent de leur notoriété pour exiger des services gratuits. Assurant ainsi une belle ligne sur le CV pour le pigeon, et lui promettant qu'il sera volontiers recontacté pour d'autres missions. Gratuites, également ? Peut-être, je ne me suis jamais laissée embarquée dans ce genre d'arnaque pour pouvoir en témoigner.

 

Je n'irais pas jusqu'à condamner ceux qui rendent service à des amis ou veulent aider une association dont l'action tient à cœur...Mais sachez, si vous avez tendance à vous laisser entraîner dans les projets gratuits pour embellir votre CV, que
viendra le jour où vous aurez littéralement besoin de travailler de manière correctement rémunérée.
Au delà des factures à payer et autres évidences du quotidien où l'argent est omniprésent, vous devrez, un jour ou l'autre, affirmer votre valeur.

 

Or, un CV avec des tonnes d'expériences "facilement obtenues" (donc somme toutes, bien moins prestigieuses, vues comme ça), démontre totalement le contraire. Vous risquez de devenir la cible parfaite pour ce qui est de tirer vos prix vers le bas et négocier le tarif jusqu'à ce que vous soyez perdant. Attention à cela, donc.

 

Il est certes important de bien fournir son CV. Mais préférez adhérer à peu de missions gratuites mais avec une réelle valeur ajoutée pour votre parcours personnel, que d'accepter tout et n'importe quoi en espérant ainsi vous faire de l'expérience, des contacts, une crédibilité...
...et autres jolies illusions.

 

 

Au final, comme dit si souvent, tout travail se paie.

 

Et tout se justifie ! Lorsque l'on a connaissance des charges qui se cachent derrière un devis, du moins qu'on a conscience de leur existence. Selon le budget, on peut accorder plus ou moins de temps, travailler plus ou moins les détails, décliner ou non les différentes créations.

 

Bref, il n'y a que la gratuité qui ne trouve ici aucune excuse valable ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *