Interview : le Diable Positif

diable positif - banniere

Depuis les tréfonds des enfers, le Diable tire les ficelles de notre fonctionnement social, et s’en amuse bien. Comment je le sais ? Figurez-vous qu’il tient une chaîne Youtube, sur laquelle il nous explique ses plans machiavéliques ;

il expose avec cynisme les plans sociaux, modèles économiques et bonnes idées politiques aberrantes que l’on constate dans notre société, et pour lesquelles il a visiblement mis son grain de sel.

Bon, en réalité, sur cette chaîne Youtube nous n’avons pas directement affaire au « vrai » diable, plutôt à un personnage animé en 2D traditionnelle.
Avec son character design très particulier, il est accompagné de Gary, un diablotin-stagiaire.

Alors, qui tire les ficelles de celui qui tire les ficelles ? j’ai découvert que le créateur du Diable Positif était un certain Tommy Tahir. Avec un bagage en animation déjà bien existant, puisqu’il a travaillé pour différents studios d’animations comme ToutenKartoon ou Biscuit Production, il nous partage son talent à travers un personnage cynique, calculateur et…diabolique, pour, je cite :

 » étudier différents procédés déjà mis en place par les humains pour rendre leur propre existence nulle à chier. »

Ma vidéo préférée : la retraite

1. Quelle est ta démarche, au travers de ces réalisations animées ?

Je cherche, à travers mes animations, à ouvrir des portes vers des sujets politiques divers et variés. Mon émission consiste à vulgariser des notions politiques et des événements marquants de notre histoire de manière amusante grâce au style cartoonesque de mes dessins. Chaque épisode commence par un certain temps de recherches et de documentations afin de maîtriser un minimum le sujet que je veux aborder. Ensuite j’écris un script où j’essaie de condenser de manière claire les infos que j’ai récupérées en y mêlant des petits sketchs animés. Cette manière de présenter des sujets graves ou compliqués en passant par le dessin animé et l’humour est, je crois, une bonne façon de toucher un public plus large et de mieux faire passer l’information.

2. Peux-tu nous parler des enjeux techniques ?

Comme je suis seul à réaliser l’émission le plus gros défi technique est de réussir à garder un rythme régulier sans trop me surmener. Youtube n’aime pas l’irrégularité dans l’upload de vidéos, je dois donc être endurant. Le plus difficile en ce qui concerne l’animation en elle même était la naissance du projet, car je devais créer une banque d’animation de plusieurs dizaines d’émotions différentes pour le personnage principal, que je pourrai utiliser tout le long de la vie de l’émission. Maintenant, afin de garder cette régularité, je peux réutiliser cette banque d’animation pour gagner du temps. L’autre difficulté pour moi concerne le sound design, j’ai été formé à l’animation et au montage mais bien moins à la gestion du son. Je me débrouille donc avec ce que je sais faire, et pour l’instant ça fait l’affaire.

3. Qu’est-ce qui t’a poussé et amené à faire ce genre de productions ?

Lorsque je travaillais en studio je me suis rendu compte que je n’avais pas envie d’être un subordonné pour le projet de quelqu’un d’autre, j’avais envie de me lancer dans mes propres idées. De plus, passant beaucoup de temps sur youtube et d’autres réseaux sociaux moi même, j’ai trouvé qu’il manquait à la fois de l’animation indépendante de qualité et de la vulgarisation politique accessible dans le paysage du youtube Français. Je me suis dis que je pouvais remplir ce vide.

4. Quelles sont tes influences et sources d’inspiration ?

En ce qui concerne le dessin, on remarque vite le côté cartoonesque de mes animations. Elles sont inspirées des Looney Toons, de Oggy et les cafards, les Zinzins de l’espace et des autres productions du studio Xilam. J’aime l’énergie, l’absurdité et la nature surprenante de chacune de ces productions. Quand à l’humour, l’émission tourne surtout autour du cynisme, de l’humour noir, de la caricature et du second degré.

5. Un petit mot de la fin ?

En ce moment j’ai l’impression d’avoir le vent en poupe, de pouvoir m’éclater à réaliser des choses intéressantes, et amusantes. C’est extrêmement gratifiant de voir son travail reconnu par une foule de personne qui grandit un peu plus chaque jour. C’est excitant et à la fois assez flippant, chaque jour mon exigence par rapport à mon propre travail augmente. J’espère pouvoir continuer à faire ça longtemps, après tout cela ne fait qu’un an que je me suis lancé dans l’aventure…Qui sait ce que l’avenir nous réserve ?
Dans tous les cas, merci de m’avoir proposé cette interview, merci à ceux et celles qui me suivent et n’oubliez pas que

l’enfer est pavé de bonnes intentions !

Cet article vous a plu ?
Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce site vous plait ?

Création web. Solution sur mesure.

Contactez Igorfreelance pour plus d'information.
Contact

Catégories