Interview : Robukan

En jetant un regard sur sa chaîne Youtube, à première vue, on se dirait que Robukan est un gars sympathique qui aborde avec légèreté les sujets qui lui tiennent à cœur, à travers son amusant personnage à la coupe de cheveux des enfers. Et puis, en remontant à sa toute première vidéo, on découvre son témoignage animé sur l’épreuve du cancer, qu’il a surmonté. En regardant ses vidéos, on sent alors une intention plus profonde ;

il veut faire savoir que nous ne sommes pas seuls à traverser certaines épreuves de vie, il nous en parle et nous redonne alors espoir, avec bienveillance et optimisme, ce gentil Robukan.

Ma vidéo préférée : le réchauffement climatique

Vous le constaterez rapidement, le niveau d’animation progresse extrêmement vite de vidéo en vidéo. Les expérimentations graphiques sont intéressantes, bref,

Robukan veut nous transmettre des messages et s’éclate bien à ce jeu !

Avant que tout le monde se rende compte de la grande qualité de cette chaîne, que sa notoriété n’explose et que son créateur devienne une inatteignable superstar (et pour ce faire je compte sur vous 😉 ), j’ai pu interviewer Robukan. Pas ce petit personnage amusant qui nous fait dédramatiser sur plein de sujets, mais l’animateur derrière tout ce travail…

1. Quelle est ta démarche, au travers de ces réalisations animées ?

Au début je n’avais pas de démarche particulière, mais l’animation m’intéressait depuis quelque temps, notamment en tant que spectateur. Quand je me suis lancé, je ne me sentais pas capable de faire directement de la fiction, donc j’ai d’abord parlé d’un sujet que je maîtrisais, moi. Le thème de mon cancer, un événement qui était arrivé il y a plusieurs années est venu très rapidement. Pour la vidéo d’après, je suis allé à contre courant et j’ai traité d’un sujet plutôt lambda. Mais au final, je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait le plus était de faire des vidéos d’animation pour parler de sujets en particuliers qui m’intéressent, pas juste de faire de l’animation pour faire de l’animation. Le but a toujours été de faire rire et d’être positif tout en parlant de choses plus ou moins sérieuses, comme le réchauffement climatique ou le physique.

2. Peux-tu nous parler des enjeux techniques ?

Le premier enjeu technique que j’ai rencontré concernait les logiciels que j’utilise pour faire mes vidéos. Au début je ne connaissais que les bases que j’avais apprises durant mes études, mais certains logiciels notamment de montage, m’étaient inconnus. L’enjeu a donc d’abord été d’apprendre à apprivoiser ces outils.
De manière générale, s’est posé à moi les souci des connaissances et du savoir-faire en dessin et animation que je possédais peu, voire pas du tout. C’est aussi pour cela que dans ma dernière vidéo, j’ai utilisé la 3D pour compenser mes lacunes en animation, en utilisant une technique je connaissais déjà bien.

3. Qu’est-ce qui t’a poussé et amené à faire ce genre de productions ?

J’ai toujours eu pas mal d’imagination, et j’ai ressenti à un moment un besoin de créer en dehors de mes cours. Tout de suite, ce qui m’a paru évident, c’était de créer à travers du dessin et de l’animation. Car me filmer ne se prêtait pas à ce que je voulais faire et car, grâce à l’animation, on a aucune limite à ce qu’on veut montrer. En plus de ça je suis assez timide, donc je me voyais mal faire du face cam’. Donc l’animation est encore plus apparue comme une évidence.
A l’origine, quand j’ai sorti ma première vidéo sur le cancer, ça m’a surtout servi de thérapie et je ne savais pas si j’allais continuer ou pas. Mais j’ai tellement pris de plaisir à la faire que j’ai eu envie de continuer et de m’améliorer.

4. Quelles sont tes influences et sources d’inspiration ?

Mes influences proviennent de sources diverses : YouTube, le cinéma, la télévision, les romans. À la base j’ai eu un déclic en visionnant les vidéos de Colas Bim, ce qui explique le format de mes vidéos. Pour l’esthétique globale de la chaîne, je me suis aussi beaucoup inspiré de la série d’animation Adventure Time et en terme d’humour, cela me vient sans doute de différentes séries d’animation comme Family Guy par exemple. Sur YouTube, je me suis inspiré de Colas Bim et Deotoons mais j’ai très vite voulu me détacher d’eux, surtout au niveau du fond. Parler de sujet en mode « story Time » ne m’intéressait pas trop, d’où le fait que je me sois mis à parler de sujets que je considère comme plus « profonds » mais toujours avec humour et légèreté. Mes influences ne se cantonnent donc pas aux youtubers d’animation mais émanent de la pop culture en général.

5. Un petit mot de la fin ?

J’ai souvent l’impression que les gens ont pleins d’idées de créations, mais qu’ils ne les réalisent pas. J’aimerais leur dire que les limites de leurs projets, c’est eux qui se les posent. J’encourage donc les gens à dépasser leur limites. Je suis content d’avoir franchi cette étape parce que, quand j’ai commencé, je considérais ça comme un simple passe temps et aujourd’hui, même si je suis un tout petit youtubeur, ça me permet de parler avec des gens à qui je n’aurais jamais parlé sans cela, des youtubers et des abonné.e.s. Même si j’ai peu d’abonnés à l’échelle de YouTube, c’est assez fou d’avoir de l’approbation comme ça pour son travail. Ce qui a démarré comme un passe-temps m’a aussi permis de savoir ce que je voulais faire dans la vie, et c’est grâce à ça qu’aujourd’hui je fais un travail de motion designer qui me passionne.

Cet article vous a plu ?
Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce site vous plait ?

Création web. Solution sur mesure.

Contactez Igorfreelance pour plus d'information.
Contact

Catégories