Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

 

 

 

 

A ce jour, je suis en freelance depuis 7 mois. Cela ne représente pas encore une réelle ancienneté.

Et en même temps, à ce stade, j’ai bel et bien le pied dedans !

 

 

J’ai effectué plusieurs petites missions, plusieurs créations de logos, quelques rapides illustrations.

Et j’ai également pu développer des projets sérieux, notamment d’intéressantes réalisations animées.

 

Aujourd’hui, avec un peu plus de recul sur mes premières missions, j’aimerais vous partager un premier réel retour d’expérience.

Où je vous fais part des pièges de débutante dans lesquels je suis tombée…mais aussi des premières réussites de mon parcours de freelance 🙂 .

GIF - clin d’œil

 

 

Discutons de 3 projets qui ont été importants, ces derniers mois :

 

 

1. « Éolien et diversité », animation pour ENERTRAG AG

Enertrag logo - Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

 

Le plus gros mené pour l’instant, est la réalisation d’un court-métrage pour Enertrag AG.
Cette entreprise construit et gère la maintenance de parcs éoliens.

Elle avait besoin d’une animation, destinée principalement à un jeune public, expliquant le développement d’un parc éolien dans le respect de la biodiversité locale. Dans la commune où fut construit le parc, et où ce dessin animé a été projeté, vit entre autre le Râle des Genêts, une espèce volatile menacée.

 

Ce travail s’est étalé sur plusieurs mois ! En effet, nous avons fait plusieurs aller-retours sur le storyboard. Car avant de commencer à animer, j’ai besoin que cette étape soit absolument validée.

Ceci afin de ne pas perdre des heures à animer des extraits mal étudiés, à préparer des visuels qui ne seront jamais visionnés…

 

 

Après validation en interne, comme Enertrag travaillait en partenariat avec  le Conservatoire d’Espaces Naturels de Picardie, nous avons attendu validation de leur part.

Et une fois tout le monde d’accord, c’est parti, le travail d’animation était lancé !

Nous avons par la suite fait quelques ajustements jusqu’à obtenir une « parfaite » version finale.

 

Le projet s’est ainsi très bien déroulé, malgré un étalement dans le temps assez conséquent ! Dans un sens, Enertrag a eu l’intelligence de s’y prendre en avance et de profiter du large délai avant le jour de la diffusion, pour bien réfléchir et valider les paramètres importants. Et j’imagine que ce ne fut pas mince affaire de leur côté, puisque rentrent en jeu des aspects de connaissance technique, et environnementale.

 

En temps qu’ancienne employée de cette entreprise, nous sommes restés en bons termes. Je leur ai toujours fait confiance et ai toujours soutenu leur démarche de communication à propos de l’écologie.

Ce projet ne pouvait donc que bien se dérouler, selon moi 😉 .

 

 

 ➡ Découvrez l’animation « Éolien et Biodiversité » :

 

Éolien et biodiversité - animation pour Enertrag AG

 

 

Et voici le site d’Enertrag :

 

Enertrag logo - Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

 

 

 

💡 Ce que j’en retiens :

 

Je savais que l’animation serait diffusée bien plus tard que la date de la commande. Il aurait été cependant judicieux de ma part de

✅  prendre davantage en compte la longue durée de travail.

Par exemple en réclamant un acompte, ce qui m’aurait évité une attente de plusieurs mois avant paiement.

 

J’ai également gagné en confiance :

via ce projet, je suis passée de réalisations animées « amatrices », principalement réalisées sur ma chaîne Youtube, à des conceptions d’ordre professionnelles. (Je rappelle qu’autrefois, sous statut salariée, on ne m’a confié que des missions print. Ce n’est donc pas question de compétence, mais de pratique !).

 

 

 

2. Motion Design pour un épisode-pilote

 

 

Parlons maintenant d’un autre projet qui ne fut pas une partie de plaisir.

Vous n’en verrez d’ailleurs pas de traces sur ce site, je vais vous expliquer pourquoi.

 

La vidéo finale était un épisode-pilote pour proposer un nouveau format à une chaîne de télévision culturelle bien connue. Très courte (d’une durée de deux minutes), elle offrait un rapprochement entre danse et gestuelle, en présentant une danse et son bref historique.

Mon travail consistait à créer des intégrations en Motion Design pour souligner les gestes des danseurs avec de légers traits. Ceci afin de synthétiser graphiquement la force des attitudes.

 

Sur le papier, ce projet était très séduisant.

Mais par bien des aspects il a été riche en enseignements, tant pour moi que pour mes collaborateurs.

 

J’eus affaire à des étudiantes, en fin de cursus et devant réaliser un projet pour valider leur diplôme. La personne avec qui j’échangeai principalement était l’amie d’une proche.

Je suis donc partie du principe que je pouvais être plus souple avec des élèves.

Qui plus est avec qui je partage un entourage commun (aïe aïe aïe…!).

Cette personne avec qui j’échangeai me racontait les difficultés traversées : aucune aide ni soutien dans la gestion du projet, une organisation en parallèle des heures de cours et de travail, et tout ceci, sans rémunération. Et oui, ne l’oublions pas, les étudiants sont de petites mains efficaces, motivées et surtout gratuites. Avec la pression de l’obtention de leur diplôme, on peut leur demander tout et n’importe quoi…

Bref, je ne veux pas dériver de sujet. Mais si cette dernière phrase fait mouche dans votre esprit, je vous suggère de vous diriger par la suite vers cet article :

➡ mes expériences en entreprise en tant que graphiste

 

 

J’ai donc décidé de leur accorder plus de temps que prévu, en prévenant toutefois que je n’allais pas non plus créer un Pixar pour le tout petit budget alloué au Motion Design.

 

Les premiers échanges se passèrent bien, jusqu’à ce que d’un coup, après les premiers tests de montage (réalisés par une autre personne que moi), la chef de projet décide de tout revoir. Ce qui entraînait, pour moi, d’effacer toutes les bases, repartir totalement sur autre chose.

Je ne vous cache pas que ce premier revirement m’irrita quelque peu.

GIF - contrariée

 

Par la suite, ce furent beaucoup d’aller-retours, relativement concluants. Il y avait un blocage des deux côtés : les étudiantes attendaient de ma part une réalisation me semble-t-il plus poussée. Et moi, j’insistais sur le fait que je me limiterai à poser les intentions, pour un résultat propre. Mais qu’il n’était pas question d’investir des heures et des heures de travail pour cela.

Pour ma correspondante, c’était normal qu’il y ait des aller-retours inquantifiables dans la création d’un projet. Ce à quoi je lui ai répondu que ce n’était pas honnête d’accorder un budget ridicule à la production animée, pour essayer de tirer la création, en douce et au fur et à mesure du temps, vers de la production hollywoodienne ! Je suis personnellement affligée par la disponibilité abusive que l’on réclame aux étudiants. Je leur souhaite simplement de savoir par la suite s’imposer, une fois réellement intégrés dans le milieu professionnel…

 

Jusqu’à la fin du projet, il y eut des modifications et réadaptations laborieuses. Nous avons fait des changements jusqu’à la veille de la dernière séance de montage-vidéo.

Et même pendant le montage, mes animations ont été encore réadaptées, certaines séquences supprimées.

C’est pourquoi j’estime que ce travail ne peut plus être considéré comme le mien.

 

 

💡 Ce que j’en retiens :

 

 

Mon erreur principale ici, a été de ne pas suffisamment

✅ accorder de l’importance à la délimitation d’un cadre.

Je n’ai pas suffisamment imposé mes conditions dès le départ.

Cela avait été évoqué par les entretiens téléphoniques, mais auraient dû être officialisés, notamment à travers un devis bien rédigé.
Depuis ce jour, je précise à tout client et en toute lettre que le nombre d’aller-retours est limité. Et au-delà, cela entraîne refacturation.

 

De même,

✅ je n’aurais pas dû accepter un projet mal anticipé,

avec une intention de fond mais qui tâtonnait dans sa conception. D’où l’importance de mettre en place un stoyboard, qui sera validé et impossible à remettre en question, lors de la phase d’animation. (je veux dire par là qu’il pourra bien y avoir quelques simples modifications pendant la conception de l’animation : couleurs, rythmes, suppressions de plans non indispensables…Mais pas de modification du type « allez, on refait tout ! »).

 

 

 

3. Image mobile de QUB Event

logo pdf - Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

 

 

Le dernier projet dont je vais vous parler est un ensemble de réalisations animées pour QUB Event, une agence d’évènementiel.

Le dirigeant a découvert mon activité à travers ma chaîne Youtube, et s’est dit, « après tout, pourquoi pas lui confier quelques réalisations ? » 🙂 .

 

Dans un premier temps, je fus chargée d’animer le logo de l’agence. Il était déjà existent en version « figée », le but était de l’intégrer dans des réalisations audiovisuelles.

L’échange se passa très bien : je fus amusée de décortiquer les explications de mon collaborateur, qui souhaitait rebondir sur les concepts du logo. Et de mon côté, je tâchais de vulgariser mes intentions graphiques pour faire comprendre au mieux ce que je m’apprêtais à faire, et pourquoi. Il était exigent, sans pour autant visualiser un rendu, et me faisait donc confiance sur l’aspect visuel final.

 

Voici le résultat :

 

Puis, nous nous sommes lancés sur la création de la mascotte de l’agence : QUBIX.

Celle-ci doit apporter du dynamisme et donner plus de vie aux vidéos de présentation de QUB Event.

J’anticipais des difficultés dans ce nouvel exercice. Notamment d’éventuels soucis de compréhension avec nos jargons respectifs, des hésitations sur les propositions graphiques, des animations à recaler plusieurs fois…

…Que nenni ! 👍

 

Mon interlocuteur était clair dans ses demandes. Du moins, nous avons fait en sorte de bien nous comprendre, en procédant petite étape par petite étape. Cela permettait de ne pas partir trop loin dans la conception et de pouvoir freiner et réajuster la création, gérant ainsi très efficacement le temps de production.
Celui-ci avait quelques idées en tête, non formulées directement, mais que nous avons pu clarifier via des exemples et des planches tendance.

Bref, nous avons tout à fait réussi à communiquer, exposer et développer nos idées pour aboutir à la réalisation finale !

Je remercie encore Quentin de m’avoir accordé sa confiance.

 

Je ne peux encore vous montrer de réalisations vidéo. La création étant encore toute récente, c’est le monteur de l’agence qu se chargera d’intégrer la mascotte dans les futures vidéos promotionnelles.

Cependant, je peux bien vous livrer quelques illustrations du petit QUBIX 🙂 :

QUBIX - illustrations

 

Voir le site de QUB Event :

logo pdf - Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

 

 

💡 Ce que j’en retiens :

 

 

Grâce à ce projet, j’ai appris à

✅ davantage clarifier mes propos.

Je savais déjà que le jargon graphique n’était pas compris de tous, et par ailleurs,

les clients ne trouvent pas toujours les bons mots pour exprimer leurs intentions.

Cette expérience m’a aidé à trouver des termes parlants et de bons comparatifs, pour être comprise. Et surtout, à poser les bonnes questions au client, pour cerner rapidement et correctement la demande.

 

 

 

Chaque projet mené est riche en enseignements, quelque soit sa mesure.

 

En partant des quelques leçons dont je vous ai fait part ici, je mets en place progressivement des éléments :

  • sur mon site, je vulgarise davantage mon activité, car beaucoup de clients ne comprennent pas ce qu’est le Motion Design, ne maîtrisent pas les codes graphiques, ni le vocabulaire. Il faut les guider, pour mieux collaborer !

 

  • je suis plus sélective sur les projets. Je ne travaille plus avec le premier venu prêt à donner de l’argent pour une réalisation graphique.
Si le client n’est pas sérieux, cela sera source d’ennuis et apportera bien plus de désagréments que de bénéfices.

 

  • mes méthodes de travail et mes conditions sont clairement explicitées.
    Dans mes devis, mais aussi dans ma plaquette d’entreprise, pour une première approche.

 

Voici la plaquette zeib graphisme :

Couverture de la plaquette zeib graphisme

 

Tout ceci me permettant ainsi d’être toujours plus efficace, et de collaborer dans les meilleures conditions 🙂 .

GIF - Travailler de bonne humeur

 

 

 

Summary
Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites
Article Name
Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites
Description
Voici un retour d'expérience, où je vous fais part des pièges de débutant...mais aussi des premières réussites de mon parcours de freelance 🙂 .
Author
Publisher Name
zeib graphisme
Publisher Logo
cropped logo zeib 03 - Mes premiers pas de freelance : pièges et réussites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *