La rédaction professionnelle : 5 trucs…autorisés, ou à éviter ?

giphy - La rédaction professionnelle : 5 trucs...autorisés, ou à éviter ?

 

L’écriture dans les échanges professionnels a bien évolué avec le temps.

Pour ce qui est des lettres de motivation et présentations de dossier, cela ne fait pas de doute, la fantaisie n’est pas permise ! En revanche,

dans les échanges par mails, on constate de plus en plus que les rédacteurs se lâchent, se permettant des petites familiarités.

 

A mon avis, il ne faut en effet pas être trop rigide. Après tout, un échange professionnel peut être détendu, meilleure est l’entente, mieux ça se déroule ! Vous pouvez donc bien entendu libérer le ton.

Mais quand est-ce que ça passe, quand est-ce que ça casse ?

 


Cela dépend beaucoup de la personne avec qui vous correspondez ; ce qu’autorise l’un peut être très mal interprété par l’autre !


Je vais ainsi vous donner mon point de vue sur 5 libertés de langage :


1. l’usage des smileys
2. les excentricités de ponctuation
3. les fautes d’orthographe
4. le tutoiement
5. les sigles et acronymes

 

Alors, on autorise, ou on évite ?

 

Les réponses vous sont peut-être évidentes, vous ne serez peut-être pas d’accord avec moi…Avez-vous alors déjà réfléchi concrètement à ce qui vous dérange dans leur application ?

 

 

 

 

1. L’usage des smileys : OK ✅

actu 7850 image2012rectangle petite - La rédaction professionnelle : 5 trucs...autorisés, ou à éviter ?

Très présent sur le net, le smiley se voit maintenant partout ! On l’accepte facilement sur les réseaux sociaux ou dans les conversations entre proches. Mais il faut admettre que pour beaucoup de monde, le smiley est irritant, et encore moins professionnel ! Il fait « enfant », et les intolérants du smiley supposent alors rapidement qu’ils conversent avec un jeune individu.

Pour ma part, je l’accepte vraiment bien !

 

Je trouve que les smileys détendent l’atmosphère, et surtout, ils donnent un ton à la phrase. Étant une personne qui a besoin de voir l’expression sur le visage des gens pour correctement interpréter leurs propos, cela me rassure de voir un smiley souriant à la fin d’une phrase qui aurait pu être sèche, si le locuteur n’y avait pas ajouté une « émotion ».

J’irai donc presque jusqu’à dire que je trouve le smiley utile pour la bonne compréhension d’un message.


Je ne me permets pas d’utiliser des smileys au premier contact professionnel. Je me l’autorise progressivement, j’attends éventuellement que la personne en insère un en premier dans son message. Je teste pas mal le locuteur, essaie de deviner son âge (car ça passe moins bien lorsque la personne est âgée, bien évidemment), son degré d’humour ou de relâche…Si il me semble strict, alors je vais m’adapter à son ton.

 

 

 

2. Les excentricités avec la ponctuation : NON ❌

 

c'est pas vrai

 

Voici une petite anecdote : une personne que j’avais rencontrée à une réunion m’avait contacté par mail pour un projet. Comme nous avions déjà échangé en face à face auparavant, je me suis permise une petite excentricité, un point d’exclamation à la fin d’une de mes phrases (oulala, le degré de folie est intense). A ma grande surprise, l’individu, qui était très (trop) transparent sur ses ressentis, me répondit qu’il était étonné par mon ton décontracté dans les mails pros. Et à partir de là, ses réponses furent un florilège de laisser-aller : fautes d’orthographes à tout va, phrases ponctuées par des « lol » et « mdr », avec des mails introduits par « kikou » et terminés par « bisou ».

Je m’en suis voulue, pour ce fichu point d’exclamation.


Je pense donc que la ponctuation doit rester correcte et conforme aux règles de rédaction.

 

Le point d’exclamation doit rester modérer, puisqu’en effet, dans un échange pro, on n’est pas là pour s’exclamer ! Il faut correctement se modérer. Et alors ponctuer par 3 points d’exclamation, vous en conviendrez, c’est assez bof bof. J’ai déjà du mal quand des amis le font, on comprend l’intention avec un seul point, alors pourquoi en rajouter…


Le pire à mon sens, est l’absence pure et simple de ponctuation.

C’est à la mode en ce moment, et je dois dire que c’est particulièrement agaçant ; le texte est indigeste, parfois incompréhensible et sujet à réinterprétation.

Bref, soignons notre ponctuation.

 

3. Les fautes d’orthographe : NON ❌

fautes d'orthographe

 

Non. Que dire de plus ?


Allez, développons un peu, même si c’est une évidence. Pour exprimer mon point de vue, je dirais simplement que l’orthographe, c’est le premier des respects dans un échange écrit. A l’oral, c’est comme faire l’effort de prononcer des phrases claires avec un langage compréhensible, sur un ton bienveillant ou au moins neutre.

Modérer ses fautes d’orthographe, c’est montrer qu’on ne discute pas « à l’arrache » avec l’autre.


Je sais que pour certains, l’orthographe est une sacrée épreuve ! Je comprends tout à fait qu’on puisse laisser passer une coquille par-ci par-là. En revanche, écrire « suppère » en début de texte puis « supaire » à la fin, c’est assez…étrange. Je me dis que la personne ne se donne même pas la peine de se relire un minimum, donc que son échange avec moi n’est pas pris au sérieux. Je n’irais pas jusqu’à dire que ça me vexe, mais cela ne me flatte pas, en tout cas.


Je vous livre aussi un petit préjugé personnel, concernant ceux qui font des fautes d’orthographe : pour moi, cela reflète en quelque sorte la structure mentale. Je trouve que ça en dit long sur la logique de l’autre, sa capacité de concentration et d’attention, sa compréhension des choses (parce qu’une fois qu’on comprend une règle grammaticale, ce n’est pas compliqué de l’appliquer ensuite !). Bref, j’admets que c’est une idée préconçue, les préjugés ne sont jamais très complimenteurs…mais je me permets de vous partager mes impressions en toute bienveillance. Si vous êtes du genre mauvais en orthographe, vous avez ainsi un retour de ce que peuvent penser ceux qui n’ont pas trop de difficultés avec !

 

 

4. Le tutoiement : OK ✅

tutoiement

 

Je vais aller vite sur ce point car je l’ai déjà abordé dans mon article sur ▶ la familiarité dans les rapports professionnels. Pour résumer,

il ne serait pas correct que le tutoiement impose un rapport de hiérarchie entre les deux individus.

 

On peut tout à fait se tutoyer dans les rapports professionnels, si personne n’y voit d’inconvénient. C’est pourquoi je pense qu’il est important de proposer à l’autre le tutoiement et voir si il est d’accord, plutôt que de l’imposer directement. En tout cas, personnellement, me faire tutoyer d’office sans que je ne connaisse la personne m’irrite quelque peu !


Quoiqu’il en soit, si tous les protagonistes sont à l’aise avec le tutoiement, alors tout va bien.

 

 

5. Les sigles et acronymes : NON ❌

sigles acronymes

 

Je remarque de plus en plus l’usage de raccourcis de langage, du type lol, mdr, XD

Bon, clairement et sans surprise, c’est mal vu.

 
Ils caractérisent chacun une tranche d’âge.

Enfin, toujours selon mon point de vue, et je peux me tromper…Je dirais que le fameux « mdr » est typiquement employé par les pré-ados, et plus il y a de r (« mdrrrrr »), plus la personne est jeune ! Le lol a un peu plus d’ancienneté, c’est peut-être pourquoi, en tant que trentenaire, je le tolère un peu mieux que les autres. Je ne saurais trop situer « XD », peut-être pour les individus autour de la vingtaine.

Enfin nous aurons toujours régulièrement droit à des acronymes dérivés de l’anglais, « asap », « bae », « yolo »…pour ceux qui veulent se donner un petit côté in, un air cool, mais pro, car l’anglais, paraît-il que c’est à la fois cool et pro…


Bon, quelque soit le type d’abréviation, c’est un peu agaçant à lire ;

il faut décrypter, cela peut être sujet à réinterprétation quand on ne connaît pas l’expression. Autant s’exprimer clairement et en toute lettre, ainsi, il n’y a pas de confusion !

 

 

giphy - La rédaction professionnelle : 5 trucs...autorisés, ou à éviter ?

 

 

A mon sens, il est important d’observer avant tout la manière de communiquer de la personne avec qui on interagit,

voir ce qu’elle se permet d’écrire pour vous autoriser également à employer ce langage.


J’entends également que l’on peut être fortement dérangé par le style rédactionnel de certains ! Avant de fermer la communication ou que cela ne tourne au mépris, j’ose espérer que

toute situation peut se dénouer en évoquant la difficulté en toute diplomatie et en expliquant que cela pose difficulté pour une bonne collaboration.

 

Par exemple, si la personne ne met aucun point ni virgule dans son texte, vous êtes en droit de lui faire savoir que vous n’arrivez pas à bien comprendre ce qu’elle dit, et que sans ponctuation le message est dur à interpréter. De même si elle fait des fautes d’orthographe, entre les homonymes, les paronymes et autres joyeusetés grammaticales, il est légitime de vouloir demander des éclaircissements pour être certain de bien comprendre l’information.


Eh oui, la communication, c’est tout un art !

Ce n’est pas qu’affaire d’écriture, grammaire et bonne orthographe. Implicitement, notre style rédactionnel fait passer beaucoup d’informations sur notre personnalité et notre manière de fonctionner. L’important reste de respecter la personne en face et savoir se synchroniser avec elle,

pour que l’entente soit bonne !

giphy - La rédaction professionnelle : 5 trucs...autorisés, ou à éviter ?

 

3 comments on “La rédaction professionnelle : 5 trucs…autorisés, ou à éviter ?
  1. Coralie Fouriau dit :

    Coucou. Il est vrai que je n’aime pas voir des acronymes et sigles partout. Sur Twitter, ce n’est que ça pour certains. Combien de fois j’ai dû ouvrir une page pour rechercher une abréviation afin de comprendre le message de l’autre. À la longue cela devient irritant. Mais bon, encore heureux Twitter n’est pas professionnel à la base. Toutefois je n’avais pas prêter attention à la tranche d’âge. Personnellement, j’écris plus facilement « mdr » que « lol » (quand je les utilise, sinon c’est plus facilement le fameux xD en fin de phrase).

    Lors d’une première rencontre, je vouvoie toujours la personne, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Sauf sur les réseaux sociaux car on m’a déjà dit plusieurs fois que je pouvais tutoyer d’office. Néanmoins il y a des personnes que je préfère vouvoyer quand même. Les fautes d’orthographes, il est préférable d’en faire le moins possible.

    Pour la ponctuation, je suis entièrement d’accord avec toi. J’ai déjà lu une fiction avec le combo : pas de ponctuation, fautes plus grosses que l’auteur, problème de syntaxe. C’était horrible à lire, j’ai fini par quitter le navire.

    Quant à l’usage des smileys… J’en tolère. Disons qu’il ne faut pas en abuser non plus car sinon cela fait enfantin. Disons que les smileys de base ne me dérange pas. Mais bon les mails que j’ai, ce sont souvent des professeurs donc c’est moins courant par chez moi. Sur Internet j’essaie d’en mettre moins car on me l’a déjà reprocher sur Youtube. Le problème c’est que si je n’en mets pas, la « team 1er degré » sera facilement au rendez-vous.

    Sinon c’est un très bon article que tu nous as fait. Bonne journée. 🙂

    PS : « Kikou » « Bisou » ? Sérieux ?! O_O

    • zeib dit :

      Oui oui, sérieux pour le « kikou bisou » 😀 ! Enfin, je fais avec maintenant. Mais sur le coup ça m’avait quelque peu choquée 😀 …
      Oui après chacun perçoit tout ça comme il le souhaite et chacun a ses propres raisons d’être irrité ou de l’accepter. Je pense qu’il faut toujours un peu surveiller quand même sa manière de s’exprimer à l’autre, et pas sûre que ce soit un « problème » générationnel (genre certains diront que c’est les jeunes qui ne font pas d’effort). On voit passer de mauvaises rédactions à tout âge !

      • Fouriau Coralie dit :

        Oui c’est sûr. Certains ont gardé l’habitude d’écrire en abrégé alors quand ils veulent écrire correctement, ils n’y arrivent plus. Toutefois il y a des gens qui sont vraiment illettrés et là c’est dommage pour eux. Après il y en a d’autres qui sont dyslexiques mais c’est encore un autre problème.
        Après tu as les erreurs d’inattention aussi et ça, ça peut arriver à tout le monde. ^^ Toutefois on ne prend plus le temps de se relire, moi même je ne prends pas ce temps et je devrais, c’est important.
        Je comprends que ça t’aies choqué sur le coup, j’aurais eu la même réaction. Mais bon si ça se passe bien, tant mieux. Passe une bonne journée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *