Retrouver des dessins d’enfance | Mes vieilles bandes dessinées

Retrouver des dessins d’enfance – Mes vieilles bandes dessinées

 

Vous est-il déjà arrivé, en rangeant des papiers entassés toujours au même endroit depuis des années,
de tomber sur de trèèès vieux dessins ?

 

De magnifiques œuvres d’art faites il y a bien longtemps, mais que vous ne pouvez vous résigner à jeter. Non pas que la qualité artistique soit là (même si à l’époque vous en étiez persuadé…), il s’agit plutôt d’un attachement affectif. « Vos débuts ».

 

Pour ma part, j’ai réussi à conserver pas mal de perles !

Cela va de mes années lycée, pour remonter même jusqu’à la primaire !

 

Retrouver des dessins d'enfance - frise de mes BD

 

Ce que je trouve intéressant, c’est qu’on y voit clairement mes influences, les aspects graphiques que j’ai le plus travaillés au fil du temps.

Boh et puis, c’est bien mignon, aussi ! 😉

 

 

Allez, commentons mes magnifiques chefs-d’œuvre !

 

 

Depuis petite, je me plaît à créer de petites bandes dessinées.

C’est un prétexte pour gribouiller, et pour s’amuser avec les amis. Puisqu’en effet le scénariste, en général, n’était autre qu’une copine. Pour ne pas chercher bien loin, il s’agissait bien souvent du camarade de classe assis à ma table, avec qui nous passions le temps lorsque nous n’aimions pas la matière du moment…

 

Voilà donc 4 extraits de bande-dessinées créées par mes soins, qui vont certainement vous amuser !

GIF - clin d’œil

 

 

1. La première bande dessinée

que je vais vous présenter a été réalisée en CE1 (!).

 

D’ailleurs, vous en avez peut-être aperçu une case ou deux, dans mon article

5 astuces pour développer son style graphique

 

A ce moment, nous avions une copine dans le rôle de la scénariste, moi-même dessinatrice, et une autre coloriste.

Attention, le projet était sérieux. 😉

 

Nous étions très motivées, puisque, sans avoir terminé l’histoire, nous avons quand même réalisé 16 pages ! Bon, la coloriste s’est arrêtée à la 5ème…

Et donc, c’est l’histoire d’un chien, qui est agacé par son maître, et souhaite à tout prix lui faire payer ses maladresses affectives. Avec le même talent que le Coyote harcelant Bipbip, il tente d’agresser son maître, échoue, et retente encore avec un sentiment de vengeance grandissant. Au fur et à mesure de la bande dessinée, ses assauts sont de plus en plus offensifs et les plans de plus en plus élaborés.

 

Les enfants, innocents et emplis de gentilles pensées ?

Que nenni, ne vous leurrez pas.

 

Voici quelques pages !

 

Les traits de couleurs sont à l’attention de la coloriste pour lui indiquer la teinte à appliquer,
et les illustrations…d’une qualité remarquable. (ça va, j’avais 7 ans !)

 

Pages 1, 2, 7 et 15 :

 

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

 

Oui, notre héros s’appelle Routouplouf.

Je ne sais absolument plus pourquoi ce nom étrange…Je suppose qu’il doit y avoir une influence « Rantanplan».

 

D’ailleurs, peut-être avez-vous remarqué la morphologie des chiens, inspirée du Roi Lion de Disney, sorti la même année (en 1994) ? De même, le petit chien Puce ne ressemble-t-il pas fortement à Idéfix ? Le maître n’a-t-il pas un air de Schtroumpf ?

Cette création est le reflet même de mes centres d’intérêts de l’époque :

BD et dessins animés ! 🙂

 

 

 

 

2. Maintenant, passons à une réalisation plus récente de quelques années,

un peu plus élaborée.

 

Un peu plus. Ceci a été également réalisé en primaire, certainement en CM1 ou CM2.

Nounouchette (encore un nom génial) est une petite chienne (oui, j’aimais beaucoup les chiens) pourrie-gâtée et extrêmement superficielle, vivant dans une riche famille.

Ici, il me semble que j’ai  moi-même crée le scénario…bon, soyez indulgents s’il vous plaît. 😉

Toujours sur une base humoristique, la petite chienne baignée de paillettes est souvent tournée au ridicule. On constate que mon style graphique se perfectionne : meilleures proportions, et travail plus réfléchi des character design.

Voir l’article les bases du character design

 

Cependant, les influences Le Roi lion/Schtroumpf restent bien présentes !

En voici donc quelques pages.

C’est dommage, j’ai visiblement interrompu le projet au moment de l’élément déclencheur…

 

Pages 1, 6, 7, 10, 11 :

 

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

 

 

 

3. Ensuite, faisons un bond dans le temps,

et entamons les années lycée.

(je suppose que j’étais bien occupée au collège).

 

Super Pépé est le fruit d’un profond ennui en cours d’anglais avec ma camarade de table…

 

Vous le constaterez à travers les dialogues bilingues.

Hey, ça visait déjà la distribution internationale ! 😎

 

 

Nous avons là un Papi partagé entre ses pouvoirs de super-héros et ses difficultés d’audition et de mémoire dues à l’âge…Qui rencontre une mamie dans un état…pas mieux, pas pire.

La bande dessinée s’est réalisée progressivement, il n’y avait rien de prédéfini et nous avancions cases par cases, au gré de notre motivation et de notre humeur. Bon, vous cernez à peu près mon style à présent : humoristique à tendance absurde. Malgré le temps et l’ancienneté qu’elle a pris, cette BD me fait toujours sourire !

 

Voici la BD en entier ! (5 pages)

 

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

 

Maintenant, les personnages ont des caractéristiques qui les distinguent bien. Le travail des plans est inconsciemment plus poussé, ainsi qu’une certaine recherche de mise en scène.

 

 

 

 

4. Et pour finir, voici le Masterpiece.

 

A vrai dire, je suis assez fière de cette dernière BD !

Réalisée au lycée aussi, nous avons ici deux cowboys mis en scène. Ils sont charismatiques, intrépides et mystérieux, ils s’expriment en punchlines…

Bref, ils empestent la classe 😎.

 

Entièrement écrite en anglais, il s’agit d’un délire avec une amie. Elle n’était même pas de ma classe, mais nous nous amusions à parler en anglais, avec l’air le plus « star américaine » possible, à chaque fois que nous nous croisions aux intercours. Il y a d’ailleurs dans certaines bulles des mélanges très approximatifs franco-anglo-espagnols…L’important, c’était que ça sonne bien à l’oral et que ça fasse Farwest.

Bon, classe…mais absurde, on ne déroge pas à la règle.

Donc fatalement, cette BD est bourrée de références et private jokes…Mais c’est quand même drôle, franchement. Je vous mets au défi de réussir à relever quelques influences de films, jeux vidéos et extraits de chansons de l’époque (2002) 😉 !

 

Pages 2, 6, 8, 9, 10 :

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

"Retrouver

Une colorisation étudiée, des plans complexes type plongées, contre-plongées et illusions optiques, des jeux d’ombres et de lumière, des attitudes caricaturales et expressives…

Là, on met les pieds pour de vrai dans de la mise en scène !

 

Par ailleurs, je serais ravie de la continuer, en retouchant peut-être simplement un peu les teintes numériquement…

Et puis il faut bien faire s’échapper Joeboy du saloon, le suspens est à son comble !!

 

 

 

 

Avez-vous aussi de magnifiques créations, cachées quelque part dans de vieilles piles de papiers ? Des illustrations qui vous font prendre conscience de votre évolution mentale ?

Et peut-être graphique, si vous-même êtes du style gribouilleur ? 🙂

 

 

 

Summary
Retrouver des dessins d'enfance | Mes vieilles bandes dessinées
Article Name
Retrouver des dessins d'enfance | Mes vieilles bandes dessinées
Description
Vous est-il déjà arrivé, en rangeant des papiers, de retrouver des dessins d'enfance ? Pour ma part, j'ai réussi à conserver pas mal de perles !
Author
Publisher Name
zeib graphisme
Publisher Logo
cropped logo zeib 03 - Retrouver des dessins d'enfance | Mes vieilles bandes dessinées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *